Je télécharge le bon de commande : ici !

 

Pourquoi demander du veau de Pentecôte à votre boucher ?

Pour une consommation engagée :

  • POUR LE BIEN-ÊTRE ANIMAL : Des veaux nourris sous la mère et complémentés à + de 90% de céréales bio provenant de l’exploitation.
  • POUR PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT Encourager une agriculture plus vertueuse.
  • POUR VOTRE SANTÉ L’assurance d’une viande naturelle riche en protéine et pauvre en lipide.
  • Sans OGM, sans traitement médicamenteux.
  • POUR LA FILIÈRE BIO Soutenir le développement de la filière bovine bio du Gers.
  • POUR L’ÉCONOMIE LOCALE Développer l’agriculture gersoise et les circuits courts.
  • POUR UNE GARANTIE D’ORIGINE La garantie d’un veau (race à viande, majoritairement Blonde d’Aquitaine) né et élevé dans le Gers.
  • POUR UNE VIANDE DE QUALITÉ Conditions d’élevage et d’abattage conformes au cahier des charges de l’Agriculture Biologique.

 

Rencontre avec Séverine et Damien Latapie

  • Race : Limousine & Blonde d’Aquitaine
  • Eleveur : Damien et Séverine Latapie
  • Origine : Mont d’Astarac (32)
  • Elevage : nourri sous la mère et complémenté à + de 90% de céréales bio provenant de l’exploitation.
  • Label : AB + Label Rouge
  • Exploitation familiale : reprise en 2009
  • Types d’animaux : vaches et veaux sous la mère Label Rouge et bio
  • Nbre de bovins : 125
  • Surface agricole : 180 hectares

 

Depuis quand êtes-vous éleveur ? Que produisez-vous sur l’exploitation ?

Damien Latapie : Avec ma femme Séverine, nous sommes éleveurs depuis 2009. Installés sur l’exploitation familiale, notre cheptel était essentiellement constitué de vaches Blonde d’Aquitaine. Nous avons agrandi troupeau en 2017 en passant de 35 vaches à 125 aujourd’hui. Par conviction nous étions passés en bio en 2012. Pour des raisons économiques et de finition de carcasses, il nous est apparu que la race Limousine convenait mieux pour notre projet. Notre veau rosé répond en effet à la fois au cahier des charges de la cartification biologique et celui du veau élevé sous la mère Label Rouge. Notre veau est doublement labellisé ce qui nous permet de mieux répondre aux différentes demandes du marché. En parallèle à notre métier d’éleveur, nous sommes également agriculteur. Nous cultivons ainsi du maïs, du soja, des féveroles, du mélange triticale de pois et de colza. La priorité est de nourrir nos bêtes avec les céréales bio de l’exploitation, en autoconsommation. Si les rendements le permettent nous revendons les surplus à des coopératives. Avec notre autonomie agronomique, nous trouvons un équilibre pour une production de qualité et bio tout en étant productif et économiquement rentable. Aujourd’hui nous générons des gains et contribuons au développement de l’emploi local. Nous avons d’ailleurs créé 2 emplois ½ en plus en 2 ans. Cela nous le devons notamment aux différentes formations que nous suivons sur l’équilibre agronomique du sol et l’alimentation animal.

 

En quoi l’élevage contribue-t-il à la typicité du paysage local du Gers et à sa biodiversité ?

DL : Nous cultivons sur des rotations longues sur 7 ans : 3 ans de prairie puis 2 ans de culture de printemps puis 2 ans de culture d’automne. Cela nous permet de lutter contre les mauvaises herbes et d’avoir de bons rendements. Ces rotations des cultures amènent une cohabitation entre les cultures, les prairies, les zones de coteaux et des bois qui sont typiques de notre paysage gersois. Les couverts végétaux assurent notre autonomie fourragère et viennent « nettoyer » les sols, leur restitue du carbone avant la mise en place de nouvelles cultures. La conservation et le stockage des fourrages est une nécessité pour garantir la ration hivernale de nos animaux et permet de faire face aux aléas climatiques, notamment la sécheresse comme cet été. Cette autonomie et la possibilité de créer 4 ou 5 mois de stocks est essentiel pour la rentabilité économique de l’exploitation. Le fumier des bovins est également rependu sur les terres agricoles de l’exploitation pour couvrir par exemple les besoins de phosphore et en potasse. Il y a donc une interaction forte entre le troupeau et l’environnement en créant un cycle de ressources naturelles et une chaine alimentaire complète.

Leave a Reply